Napoléon d'après Charles Seurre

RE0038

Neuf

Ce produit n'est plus en stock

En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 2 points de fidélité. Votre panier totalisera 2 points pouvant être transformé(s) en un bon de réduction de 1,00 €.


24,90 € TTC

Fiche technique

Matière: Polyrésine
Largeur: 9 cm
Hauteur: 25 cm
Poids: 488 g

En savoir plus

Cette réplique en couleur de la sculpture réalisée par Charles Émile Marie Seurre, dit Seurre jeune, représente l'Empereur Napoléon 1er en redingote tenant dans sa main droite sa longue-vue.

Sous la monarchie de Juillet cette nouvelle statue de Napoléon, en Petit Caporal, destinée à remplacer celle précédement détruite en 1818, est placée au sommet de la colonne d'Austerlitz, place Vendôme, le 28 juillet 1833, en présence de Louis-Philippe, soucieux de capter à son profit un peu de la gloire de l'Empire...

En 1863 Napoléon III, estimant que cette précieuse statue était en péril, la fit déposer et remplacer par une copie de la première statue de Napoléon en empereur romain.

Lors de l'insurrection de la Commune de Paris, le peintre Gustave Courbet adresse une pétition au gouvernement de Défense nationale le 14 septembre 1870 demandant à déboulonner la colonne.
La Commune de Paris au pouvoir, les motifs en deviennent plus radicals :

  « La Commune de Paris, considérant que la colonne impériale de la place Vendôme est un monument de barbarie, un symbole de force brute et de fausse gloire, une affirmation du militarisme, une négation du droit international, une insulte permanente des vainqueurs aux vaincus, un attentat perpétuel à l’un des trois grands principes de la République française, la fraternité, décrète : article unique - La colonne Vendôme sera démolie. »

Le 16 mai 1871, la colonne est abattue, non sans difficulté, et les plaques de bronze sont récupérées.
Après la chute de la Commune, le nouveau président de la République, le maréchal de Mac-Mahon, décide en mai 1873, de faire reconstruire la Colonne Vendôme aux frais de Gustave Courbet (soit plus de 323 000 francs selon le devis établi). Gustave Courbet obtient de payer près de 10 000 francs par an pendant 33 ans, mais meurt avant d'avoir payé la première traite.

Aujourd'hui la statue de Seurre repose dans la cour d'honneur de l'Hôtel des Invalides.

 

 

ARTICLE NEUF DANS SON EMBALLAGE D'ORIGINE.
D'autres photos sont disponibles par mail sur simple demande.

Napoléon-Souvenirs

Les clients qui ont acheté ce produit ont également acheté...