Journée Impériales de Nice

« Il ne faut pas de si, il ne faut pas de mais, il faut réussir ».

Cette sentence napoléonienne exprime fort bien cette exaltation de la volonté qui a permis de conquérir l’Europe et de refonder la France après la période révolutionnaire. Napoléon 1er aura été le maître du temps et de l’espace, l’homme des circonstances qui sait réduire au maximum la part du hasard, l’homme des possibilités infinies dont la perspective dérange l’ordre ordinaire des choses comme l’ont si justement dit les historiens de ce moment épique. Si la démesure de ses rêves a fini par le perdre, il demeure un modèle exceptionnel de volonté. On lui doit l’enfantement de la France moderne.

Ces Journées impériales, en présence des plus éminents spécialistes de cette époque, sont un juste retour des choses. Elles consacrent le statut de Nice comme ville impériale. Cette couronne n’est pas usurpée. Bonaparte a séjourné ici à trois reprises, et notamment ce 27 mars 1796 peu de temps avant de se couvrir de gloire au cours de la 1ère campagne d’Italie. Nice aura été la préface d’un destin militaire digne d’Alexandre le Grand. Quelques décennies plus tard, un autre rendez-vous avec l’Histoire a eu lieu. Un rendez-vous majeur puisque Nice est devenue française à cette occasion.

En 2010, nous avons célébré avec éclat les 150 ans du rattachement de notre comté à la France. Cette adhésion au Second Empire a donné une impulsion décisive à l’essor de la Côte d’Azur. Grâce à Napoléon III et à l’audace de sa politique étrangère, les Niçois sont devenus Français.
Ils ne l’oublieront jamais.

 

Vendredi 20 octobre

Ouverture - CUM - 17H45

Ouverture par Christian Estrosi, Maire de Nice, Président de la Métropole, Présidentdélégué de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur

 

Ouverture des débats - CUM - 18H

Grand entretien avec Patrice Gueniffey, historien, directeur d’études à l’EHESS(École des Hautes Études en Sciences Sociales), autour de son dernier livre, Napoléon et de Gaulle, deux héros français (Ed. Perrin), animé par Patrice Zehr, journaliste à La Principauté

Tous les débats de cette programmation seront suivis d’une séance de dédicaces

 

Samedi 21 octobre

Cérémonies de dévoilement de plaques - Rues Bonaparte, Alexandre Mari et Saint-François - 10H30 à 12H

Rdv à 10h30 à la Maison des associations, place Garibaldi

Dévoilement officiel des plaques dans les rues de Nice où la présence des empereurs Napoléon Ier et Napoléon III est attestée.

Présence de figurants en costumes d’époque impériale et de la Musique Municipale des Sapeurs-Pompiers.

 

Projection-débat - Cinémathèque de Nice - 14H

Projection du film « Austerlitz » (1960)d’Abel Gance, suivie d’un débat avec David Chanteranne, historien, historien de l’art, diplômé de l’université de Paris- Sorbonne, rédacteur en chef de la Revue du Souvenir Napoléonien

Carte d’abonné : 2,50€

Etudiant et scolaire : 2€

Tarif normal pour une séance : 3€

Plus d’infos : 04 92 04 06 66

 

Table ronde « Nice et les Empires » - CUM - 14H15 à 15H45

Animée par Martine Gasquet, historienne et écrivain

Intervenants :

Ralph Schor, historien

Henri Courrière, historien

Didier Van Cauwelaert, écrivain

Martine Arrigo-Schwartz, historienne

Alexandre Gourdon, historien

 

Récital « Napoléon et la Russie » - CUM - 16h à 16h45

Par le pianiste virtuose Mikhail Rudy

Tchaïkovski : Les Saisons extraits;

Glinka : Nocturne La Séparation;

Oginsky : Polonaise ;

Moussorgski : Tableaux d’une exposition

 

Table Ronde « Les Empires et les relations franco-russes » - CUM - 16h45 à 18h

animée par Patrice Zehr, journaliste à La Principauté

Intervenants :

S.E M. Alexandre Orlov,

Ambassadeur de Russie en France

Vladimir Fédorovski, écrivain, historien

 

Lecture « L’Empereur des rois » - CUM - 18h à 18h45

Lecture de passages du Tome 3 de la biographie de Napoléon 1er (R. Laffont) de Max Gallo par le comédien Christophe Malavoy

 

Spectacle « Quel roman que sa vie ! » - Palais de la Méditerranée à 20H30

Spectacle historique et musical, créé par la délégation du Souvenir napoléonien de Nice et des Alpes-Maritimes.

Des textes sont lus par 4 récitants entrecoupés de chants interprétés par 37 choristes et 4 solistes(2 sopranos et 2 barytons), d’airs de musique (Catel, Méhul, Paisiello…) joués à la mandoline et au synthétiseur et de marches militaires interprétées au fifre et au tambour par des reconstituteurs musiciens.

Entrée libre dans la limite des places disponibles.

 

Dimanche 22 octobre

Table Ronde « Les femmes et les Empires » - CUM - 11h à 12h30

Animée par Patrice Zehr, journaliste à La Principauté

Intervenants :

Pierre Branda, historien, directeur du pôle Patrimoine de la Fondation Napoléon

Patrick de Carolis, journaliste, écrivain, membre de l’Institut Jean des Cars, historien, écrivain

Jean-Paul Bled, historien, écrivain

 

Table ronde « Les Empires français et l’art » - CUM - 14h30 à 16h

Animée par Bernard Persia, journaliste

Intervenants :

Olivier Bellamy, écrivain, journaliste,

Jean-Pierre Guéno, écrivain, historien

Périco Légasse, journaliste, critique gastronomique

David Chanteranne, historien, rédacteur en chef de la Revue du Souvenir Napoléonien

Lecture de passages illustrant le propos par la comédienne Andréa Ferréol

 

Table Ronde « L’héritage Napoléonien » - CUM - 16h à 17h30

Animée par David Chanteranne, rédacteur en chef de la Revue du Souvenir Napoléonien

Intervenants :

Robert Colonna d’Istria, écrivain, journaliste

Dimitri Casali, historien, essayiste

Arthur Chevallier, éditeur, écrivain

Alain Pigeard, historien, président du Souvenir napoléonien et secrétaire de la Fondation Napoléon

 

Clôture des débats « Napoléon, un personnage de roman » - CUM - 17h30 à 18h15

Grand entretien avec Jean Tulard, historien, professeur des universités, biographe, membre de l’Institut, animé par Geoffroy Caillet, rédacteur en chef du Figaro Histoire

 

Concert de clôture « Les grands compositeurs européens et les Empires » - Opéra de Nice à 18h30

L’Orchestre Philharmonique de Nice, placé pour l’occasion sous la direction de Frédéric Deloche, donne un concert exceptionnel gratuit sur la scène de l’Opéra avec, au programme, des oeuvres de trois compositeurs en lien direct avec l’épopée de Napoléon 1er.

La Symphonie à 17 parties de François-Joseph Gossec

La Cantate du 5 mai, écrite par Hector Berlioz entre 1831 et 1835 sur un poème de Béranger, le chantre de la légende napoléonienne en chansons, dont le thème est la mort l’Empereur à Sainte-Hélène le 5 mai 1821.

La Symphonie en ré majeur de Luigi Chérubini pour clôturer le concert.

Chérubini, dont Médée, l’un de ses plus célèbres opéras, fut donné sur la scène de l’Opéra de Nice en 2016, a, en effet, été le « compositeur officiel » du Consulat puis de l’Empire. En 1815, après Waterloo, Chérubini s’est exilé en Grande-Bretagne car il craignait un « retour du bâton » avec la Restauration et le retour des Bourbons. Mais le succès de la Symphonie en ré majeur, la seule du genre qu’il ait composé, fut si retentissant quand elle fut créée Outre-Manche que Louis XVIII rappela son auteur en France pour lui confier un poste à l’Académie des Beaux-Arts.

 

Retrait des billets aux guichets de l’Opéra : les 20 et 21 octobre de 9h à 18h30, le 22, une heure avant le spectacle s’il reste des places.

 

À noter 28 et 29 octobre à l’Opéra de Nice

 

« Violettes Impériales »

Coréalisation Association Contre-Ut (Présidente Melcha Coder)

 

Direction de l’Evénementiel de la Ville de Nice

Opéra Nice Côte d’Azur

Opérette à grand spectacle en 2 actes et 17 tableaux

Livret de Paul Achard, René Jeanne et Henri Varna

Musique de Vincent Scotto

Création à Paris Théâtre Mogador le 31 janvier 1948

 

>> Télécharger le programme

 

Infos pratiques